Le maintien du niveau de service public est une question primordiale pour les acteurs de la Territoriale, au moment où les dotations de l’Etat baissent.

Premier réflexe : les regards se dirigent vers les économies potentielles, les élus demandent aux financiers de trouver des solutions. Il est impossible pour ces derniers de solutionner cette équation à eux seuls !

Des inconnues plus difficiles à identifier sont pourtant sources de marges de manœuvre : les systèmes d’organisation, l’analyse des modes de gestion et l’ingénierie d’achats.

La période que vivent les collectivités amène une nécessaire évolution des pratiques : il est indispensable de repartir d’une feuille blanche, de la base, à savoir les compétences et le projet politique, de reconstruire ensemble le projet de la collectivité, et de faire preuve d’innovation partagé.

Tous les acteurs en sont capables :

  • les élus par leur vision politique, leur amour du territoire,
  • et les territoriaux par leurs compétences et leur talent.

De nouvelles instances internes dynamiques peuvent être créées, afin de favoriser les échanges, sortir chacun de ses habitudes, obliger les acteurs à se reposer les questions essentielles quant au service rendu au public.

Exemple de projet : Remettre à plat l’ensemble des prestations techniques d’une commune : réaliser un bilan de l’existant, s’interroger sur le mode de gestion (régie ou externalisation), revoir l’organisation des équipes et les achats en conséquence.

Une vision globale et claire du projet collectif permettra de choisir la meilleure organisation des équipes et des achats, les modes de gestion des services publics les plus adaptés aux compétences internes et les plus efficaces techniquement et économiquement. Elle donnera aux décideurs la capacité de saisir aussi des opportunités d’économie qui se présenteront, comme des mutations ou des transferts de compétences par exemple.

N’attendez plus pour entrer dans cette nouvelle ère, les collectivités qui s’en sortiront le mieux seront celles qui auront fait preuve d’anticipation, de réflexion et d’une volonté de ne pas subir les choses, associées à une part d’innovation partagée avec les agents territoriaux. Et pour celles qui ont déjà engagé ce processus, n’hésitez pas à le partager, le benchmarking territorial est une source de progrès pour tous.

Partager